Radio 2018

  • Comment rallumer la flamme intérieure éteinte ? – lundi 15 janvier

     La vie que nous vivons actuellement peut être considérée comme trépidante pour la majorité des personnes. C’est le « Métro – Boulot – Dodo ». La routine s’installe progressivement et nous oublions les priorités de notre vie. Nous sommes mangés par les soucis quotidiens tels que le travail, les enfants, les obligations, les tâches ménagères et autres. Et notre flamme intérieure s’éteint lentement.

    Il est temps, à certains moments, de revenir au sens de notre vie, que ce soit tant sur le plan personnel, le couple, les enfants, le travail, voir le volet spirituel.

    C’est rallumer sa flamme intérieure pour rayonner et s’épanouir sur différents plans. L’objectif de notre vie est bien d’être heureux…

    Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

 

  • Arrêter de vous battre contre votre inconscient – lundi 19 février

    Il y a tellement de personnes qui sont dans le combat au niveau de leur vie de tous les jours, qui survivent à chaque instant dans le « Métro- Boulot- Dodo ». Il est évident que nous avons des contraintes dans ce type de vie actuelle, les enfants, le travail et parfois, il reste un peu de temps pour, enfin, s’occuper de soi.

    Ils ne se rendent pas compte, mais ils se battent contre eux-mêmes. Ils sont en train d’activer leur cerveau reptilien, et en réalité, c’est contre eux-mêmes qu’ils se battent. C’est ce que j’appelle « le choc des Titans, le combat des chefs… », ce combat entre le conscient et l’inconscient. Et dans la majorité des cas, c’est l’inconscient le gagnant, et ils se disent : « je voudrais…, mais c’est plus fort que moi, je … ».

    Que faut-il faire pour sortir de cet engrenage infernal ? En physique, nous avons un principe : « plus je force, plus je renforce… » Plus vous forcez contre cette force en vous, et plus vous la renforcez.

    Lors de l’émission, nous parlerons de conscient et inconscient, de cerveau reptilien, du modèle des quatre cerveaux et de circuits neurologiques. Nous verrons la logique de l’inconscient qui est différente de celle du conscient. Et surtout comment faire pour s’en sortir.

    Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

  • La peur de la pension…

La majorité des personnes entrevoit l’arrivée de la pension avec soulagement. Enfin, terminé le « métro-boulot-dodo », ils pourront bien profiter d’une retraite bien méritée après toutes ces années de « dur » labeur. La société les remercie en leur octroyant une retraite financière, pas trop élevée pour la majorité des gens. Cependant, s’ils ont été prévoyants, ils pourront goûter d’une nouvelle vie bien méritée.

Il est important de prévoir ce cap dans notre vie. « Qu’est-ce que je vais faire tous les jours ? », alors qu’auparavant, je partais tous les matins au travail et je revenais le soir avec une journée bien remplie.

Enfin, je vais pouvoir faire ce dont j’ai envie, et me consacrer à mes passions, si j’en ai…

Après quelques mois ou 1 à 2 ans de retraite, ils se rendent compte que ce n’est pas aussi simple que cela. Ils commencent à s’ennuyer et à se poser la question : « qu’est-ce que je vais faire de tout ce temps libre ? ».

Pour d’autres, c’est avant d’être retraité que le problème se pose. Je parle de 1 à 2 ans avant la pension. Ils rentrent dans un état d’angoisse en pensant à cette étape. Cela peut aller jusqu’à être perdu à l’idée d’être pensionné.

Nous verrons que les personnes qui ont des difficultés avec, ce qui est appelé en psychothérapie, les « phases dites de transition », vont être confrontées à des angoisses à l’idée d’être pensionné.

Nous discuterons de tous les aspects psychologiques associés à cette étape de la vie.

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

  • Les pleures des bébés : que faire ?

Les pleures du bébé sont extrêmement courants et un des premiers défis auxquels les jeunes parents sont confrontés. C’est une source de vives préoccupations et d’incompréhension pour les adultes. Ils se sentent souvent impuissants. Les études nous montrent que 10% à 30% des nourrissons de moins de quatre mois pleurent de manière « excessive et prolongée. »

Les parents sont souvent désemparés au bout de l’ixième nuit blanche. Les pleurs sont l’un des principaux motifs de consultation chez les spécialistes, les pédiatres et les psychologues. Souvent, lesdits spécialistes ne sont pas mieux informés que les parents eux-mêmes. Chacun y va alors de ses convictions, opinions et recettes personnelles.

Les études scientifiques viennent nous éclairer sur ce sujet et y apportent un nouveau regard. Nous détaillerons ce qui se passe dans le corps et dans la tête du bébé, et surtout « que faire ». Nous verrons qu’il y a un « lexique » des pleurs…, qui correspond à des besoins différents. C’est comme une langue étrangère à décoder. Nous discuterons aussi de la méthode « miracle du Dr Robert Hamilton… » Et derrière toutes ses informations, nos chers bébés ont surtout besoin de beaucoup d’amour et de sécurité…, qui les aideront à se structurer au niveau psychique.

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions