Radio 2016

  • Pourquoi et pour quoi est-ce si difficile de sortir de l’addiction à l’alcool ? – 15 janvier 2016

    Insidieusement, l’alcool est  » entré  » dans la vie de certains, doucement, occasionnellement, et puis on en devient dépendant sans parfois s’en rendre compte… Daniel Radoux propose des outils pour sortir de l’enfermement et pour prendre le pouvoir sur l’alcool et sur sa vie. Une approche qui permet de redevenir Maître de sa vie… Il invite à retrouver son pouvoir, sa liberté, … se réapproprier – maîtriser sa vie tout en goutant encore au petit plaisir d’un verre. Une approche neuro-psycho-biologique , une méthode qui ne met pas l’épée Damoclès sur la tête et qui ne prône pas l’abstinence totale. Trouver ce qui se cache derrière la bouteille est primordial pour reprendre le pouvoir !

Extrait vidéo :

Pourquoi et pour quoi est-ce si difficile de sortir de l’addiction à l’alcool ? – 15 janvier 2016 (216 téléchargements)

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

  • Les Cavaliers de l’Apocalypse – 18 février 2016

    Nous connaissons tous les quatre Cavaliers de l’Apocalypse du Nouveau Testament. Ils sont la Conquête, la Guerre, la Famine et la Mort. Ils ont le pouvoir de faire souffrir les êtres humains. Cette métaphore est reprise en psychothérapie pour expliquer que les personnes peuvent se mettre dans des situations où elles souffrent. Ce sont des systèmes de croyances qui nous empêchent de vivre pleinement notre vie. Il y en a plus que quatre … Nous les passerons en revue avec des exemples, afin de les illustrer du point de vue pratique. Et nous discuterons de comment en sortir pour s’épanouir et être heureux. C’est bien l’objectif de notre venue sur terre…

    Les Cavaliers de l'Apocalypse (277 téléchargements)

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

  • Le burnout – 25 avril 2016

Le burn-out devient un problème très sérieux dans les entreprises. L’origine de cet état est complexe. Étiez-vous dans le modèle  » Sois parfait  » ou alors rentrez-vous dans le modèle de la  » pédagogie noire  » ? Daniel Radoux lève le voile sur cet état de mal-être et d’épuisement…

Qu’est-ce qui se cache derrière le burn-out ?

Daniel Radoux, psychothérapeute et biologiste du comportement décortique le côté obscur de cet état de mal-être et d’épuisement.

3% des travailleurs sont concernés par ce problème de Burn-Out. Les symptôme dans les grandes lignes : une fatigue profonde, un désinvestissement à l’égard de l’activité professionnelle, une dévalorisation … le corps dit STOP ! Les critères précis n’existent pas, on intègre du coup le Burn Out sous une forme de dépression chronique.

Deux grands modèles qui conduisent au Burn-Out : Le « Sois parfait » et « la pédagogie noire ».

Sois parfait : On veut absolument que tout soit parfait. La maison doit être nickel, le dossier doit être vu et revu sous tous les angles encore et encore.. La critique négative n’est pas bien reçue ni même la critique positive d’ailleurs. On passe énormément de temps à être parfait. On se donne à fond pour l’entreprise pour que les choses soient mises en place de façon parfaite, mais… La perfection n’existe pas, on peut juste être « excellent » !

Une injonction parentale peut être à l’origine de ce modèle. L’enfant peut entendre, percevoir, ressentir cette attente d’être parfait, cette pression qui émane des parents. Je m’adonne à la perfection pour être reconnu et aimé de papa et maman. Le besoin de reconnaissance est très développé chez ces personnes… Et c’est plus fort que nous !

Le sois parfait « positif » est celui mis à profit de l’entreprise. On met le doigt sur ce qui ne fonctionne pas au sein de la société ce qui est du pain béni pour la hiérarchie ! Ces personnes se mettent une pression énorme sur les épaules. Ce sont des fanatiques du boulot et ne sont pas toujours appréciés de ce fait par les collègues !

Je suis « programmé » en mode « sois parfait ». L’hypnose peut déprogrammer au profit de « l’excellence » en lieu et place de la perfection. On déconnecte un circuit pour le remplacer par un autre, par une énergie positive.

« Je sauve le monde » – Le second modèle : « la pédagogie noire » : On a tendance à remplir les besoins des autres, mais je ne remplis pas mes propres besoins ! On s’oublie dans ce processus, il y a une connotation du « sauveur » avec un mal-être en soi. « Soyez égoïste », mais oui… ne vous oubliez pas ! Nourrissez vos propres besoins aussi.

Pour avoir l’attention de ses propres parents, on fait tout pour répondre à leurs besoins, leurs attentes. Et là aussi c’est plus fort que nous ! C’est grave docteur ? Beh oui quand même… le temps est venu de ne pas s’oublier, de s’aimer !

Besoins et limites sons les deux faces d’une seule et même pièce. À tout besoin, il est une limite, ça va de pair !

Quels sont nos besoins ? Les physiologiques (boire, manger, dormir…) et les besoins psychologiques => de sécurité, d’appartenance, de relation, d’amour, de reconnaissance, de respect et de justice. Ensuite viennent les besoins spirituels : celui de se réaliser, s’épanouir, se développer soi-même, laisser une trace de soi ; quel est le sens que je donne à ma vie ?

Et vous, quel est votre chemin de vie ? Quelles sont vos priorités ? …

Le versant positif du burn-out est l’occasion de se recentrer sur soi, qui nous met en face de la réalité, qui nous apprend à mieux nous connaître … une opportunité à se revisiter !

 

Les commentaires des auditeurs en images…

Geoffrey est en Burn-Out depuis 3 mois en raison d’une grande pression issue de son boulot. Perte d’ Énergie, le corps dit STOP. Notre invité décortique le « sois parfait ».

Laurence est en Burn-Out. Un challenge professionnel qu’elle a relevé, mais qui petit à petit l’a conduite à une démotivation. « Faire beaucoup avec peu de moyens »… Ça ronge… Notre invité évoque le modèle « pédagogie noire »

Valérie ne sait pas dire NON… « Je m’oublie ». Et si on acceptait d’être égoïste dans le bon sens du terme ? Juste une question d’équilibre.

Le burn out (225 téléchargements)

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

  • Les insomnies – 26 mai 2016

Êtes-vous de ceux qui, une fois la tête sur l’oreiller, s’endorment aussi vite. Ou avez-vous tellement de pensées dans votre cerveau qui prennent alors le dessus et entraine une nuit très difficile. Et vous tournez en rond dans le  » plumard  »…  Que vous en êtes arrivé à jalouser, secrètement, votre conjoint de la facilité de son endormissement …  Que le vieil adage nous raconte que l’on n’a pas la conscience tranquille… Comment faire pour parvenir à s’endormir comme un bébé? Un rêve pour certains… Y a-t-il des facteurs héréditaires? Des facteurs alimentaires comme le café ou le thé? Avez-vous déjà compté les moutons ou d’autres animaux de nuit ?  Ou boire une petite goutte ou améliorer le lait chaud d’un soupçon de whisky ? De changer la disposition de votre lit ? De la literie ? Que la pleine lune est porteuse d’insomnie… Des personnes ont tout essayé pour enfin tomber dans les bras de Morphée. Pour d’autres, le problème n’est pas l’endormissement, mais les réveils au milieu de la nuit sans plus savoir s’endormir, avec les yeux grands ouverts…, et le temps est si long. Nous allons discuter de ces problèmes d’endormissement et de réveils au niveau neurophysiologique. Des exercices seront donnés afin d’améliorer ces problèmes Les commentaires des auditeurs en images…

Nathalie : insomnie depuis des années.

Évelyne : s’endort avec Vivacité !

Dominique : kinésio, médoc pour mieux dormir.

L'insomnie (246 téléchargements)

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

  • Les régimes alimentaires – 21 juin 2016

Le sujet reste et restera intemporel, « le régime » très féminin, mais pas exclusivement… Déjà dès la pré adolescence en passant par les différents cycles de la vie d’une femme, pour bons nombres d’entre elles, le régime est comme on pourrait dire une seconde peau, une seconde nature. Cela fait tellement partie d’elle-même, de leurs quotidiens, leurs combats, de leur victoire et de leur détresse. Elles sont là, tout autour de nous, seule ou en groupe, à vaincre et à se convaincre qu’il est du possible de retrouver la silhouette d’antan. Nombreuse à croire à la pilule miracle, celles qui passe par un acte chirurgical, fatigué de toutes ces années de galères. Crève de faim pour hélas ne pas maigrir, les nerfs à vif se consolent tôt ou tard en dévorant tout au passage, ce culpabilisant un peu plus. Les régimes qui inondent le marché, ventant la rapidité, l’exclusivité d’une taille retrouvée. Mais interrogeons-nous pour comprendre pourquoi les régimes alimentaires fonctionnent que très rarement ou si mal.

Régimes alimentaires (289 téléchargements)

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

  • Le pardon. À qui faut-il pardonner… ? – 12 septembre 2016

Le pardon est souvent problématique chez de très nombreux patients ayant subi des traumatismes, la plupart du temps dans l’enfance. L’approche psychothérapeutique utilisée par de très nombreux psychothérapeutes est insatisfaisante. Une autre approche originale qui donne des résultats pratiques est exposée dans cet article.

D’après le Petit Robert, le pardon est : « l’action de pardonner ». Et pardonner est ; « tenir une offense pour non avenue, ne pas en garder de ressentiment, renoncer à en tirer vengeance ». C’est une approche très judéo-chrétienne. Même les philosophes laissent le pardon dans le giron de la religiosité. Dans la Bible, nous apprenons que seul Dieu peut pardonner. Le Christ, messager de Dieu, pardonnait aux personnes, et a également donné l’autorisation aux apôtres (et donc aux prêtres), le pouvoir de pardonner les péchés.

D’un point de vue psychothérapeutique, les patients sont souvent bloqués par le pardon. Comment pardonner alors que, dans ces exemples-ci : mes parents m’ont battu, mon père m’a violé, je me suis fait « casser » par un de mes parents au niveau psychologique et l’autre parent ne m’a pas défendu, etc. Il y a une souffrance souvent énorme derrière ces évènements, et une colère qui gronde à l’intérieur de l’individu. Dans la réalité rencontrée au sein des cabinets de psychothérapie, soit les patients ressassent ces évènements du passé, soit ils les refoulent au plus profond d’eux-mêmes pour ne pas en souffrir. Dans l’un ou l’autre cas, il est reconnu que cela peut entrainer des maladies, c’est la somatisation de la souffrance.

Comme la psychothérapie a été fort influencée par notre culture judéo-chrétienne, le message délivré aux patients dans ces situations, est très souvent qu’il faut pardonner à son/ses agresseurs. « Vous devez aller aux delà des évènements, même les plus terribles, car cela vous bloque dans votre processus de guérison ». Et toutes les discussions, durant de nombreuses séances « dites de psychothérapie », vont tourner autour de ce thème. Dans la grande majorité des cas, ça ne fonctionne pas et le psychothérapeute (très professionnel…) dira : « vous bloquez… » Et la personne rentre alors dans une spirale de culpabilité et s’enfonce de plus en plus. « C’est ma faute, c’est ma très grande faute… »

Il existe de très nombreux livres sur le pardon et comment y arriver. Vous y trouverez de très beaux discours et des recettes très variées. Cependant, on vous fera remarquer que ce ne sont que des recettes qui ne fonctionnent pas chez tout le monde ! Vous n’avez plus qu’à les tester pour trouver, peut-être, une qui va fonctionner chez vous. Les échecs sont très fréquents…, et les personnes restent bloquées dans leur souffrance.

Je vous invite à considérer une autre approche sur le pardon. Il est évident que cela peut bousculer votre système de croyances judéo-chrétiennes. Cependant, il est parfois nécessaire d’être secoué afin de se rendre compte qu’il existe un autre angle de vue sur cette problématique.

Le pardon. À qui faut-il pardonner… ? (198 téléchargements)

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

  • Les rôles du père et de la mère – 10 octobre 2016

Régulièrement, les mères ne comprennent pas certains comportements des pères avec les enfants. « Ils devraient « faire » comme moi » dit la mère…

Eh bien non, le père n’est pas une copie conforme de la mère, une sorte de clone. Ce ne doit pas être une seconde « maman » quand la mère n’est pas là.

Pour le développement de l’enfant et son bien-être à tout point de vue, il est fondamental que le papa se comporte comme un père, et donc différemment de la maman.

Lacan disait : « Le père est le tiers pénétrant… ». Nous comprendrons ce que Lacan voulait dire par cela, afin d’aider l’enfant à se développer et s’épanouir.

Le père a un rôle aussi important que celui de la mère dans l’éducation de l’enfant, même si souvent, il est généralement moins présent en termes de temps. Ce n’est pas la quantité qui importe, mais la qualité. Cependant, lorsqu’il est disponible pour ses enfants, il doit assumer son rôle de père en terme comportemental.

Nous verrons ce qui signifie :

La mère met l’enfant au monde

Le père met l’enfant dans le monde.

L’étude des peuplades dites primitives est riche d’enseignement pour nous aider à prendre conscience comment aider un enfant à devenir un adulte responsable, capable de prendre des décisions et d’assumer les conséquences de ses actes.

Nous comprendrons également que le rôle des parents démarre à l’acte fécondant, et se termine lorsque le jeune adulte rentre dans son cycle d’autonomie. Un autre rôle démarre alors…

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

  • Les migraines – 7 novembre 2016

Les migraines sont un réel cauchemar pour 18% de femmes et 6% d’hommes. Du point de vue de la médecine, ce sont des céphalées chroniques fréquentes. Elles sont très invalidantes, et se caractérisent par des maux de tête ainsi que par des nausées. Ces symptômes peuvent être associés à des vomissements, une grande sensibilité à la lumière (avec ce qui est appelé l’« aura », 20% des migraineux), et aux sons.

Des personnes connues souffrent ou ont souffert toute leur vie de migraines, comme Brat Pitt, la Reine d’Angleterre, Élisabeth Taylor, Frédéric Chopin, Guy de Maupassant, et bien d’autres.

La migraine est parfois comparée à une Ferrari qui a un moteur de deux chevaux. Les migraineux ont un cerveau à la fois très réceptif aux stimulations externes, et, en même temps, une faible réserve d’énergie (« ATP » en biologie cellulaire). Ces patients ont besoin de repos, surtout éviter tous les facteurs déclencheurs de leur migraine, tels que stress, alcool, repas lourd et tardif, etc.

Il existe des médicaments qui, souvent, aident le patient. C’est souvent alors la course pour trouver le « bon », et aussi, c’est la spirale médicamenteuse qui démarre. Un appareil a été mis au point qui semble aider certains migraineux. Malheureusement, il existe des patients résistant à toute thérapie conventionnelle.

Lors de l’émission, nous aborderons une autre approche plus psychothérapeutique, qui utilise, en autre l’hypnose. Les résultats sont, dans certains cas assez spectaculaires. C’est aussi un espoir de se débarrasser définitivement de la migraine.

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

  • La colère est une vertus, pas la violence. – 13 décembre 2016

La colère, émotion mal-aimée et mal-considérée par l’entourage et la société. Elle fait partie des 4 émotions de base des mammifères supérieurs, avec la joie, la tristesse et la peur. Mais pourquoi et pour quoi entre-t-on en colère. Qu’est-ce qui est touché en moi (« violé » comme on dit en PNL) pour me pousse à agir de la sorte, souvent malgré moi, à entrer dans une crise de colère. Nous verrons que c’est aussi un des outils des manipulateurs.

C’est un des 7 péchés capitaux. Notre culture judéo-chrétienne n’apprécie pas beaucoup cet état, alors que le Christ s’est bien mis en colère dans le temple de Jérusalem. Nous verrons l’importance d’avoir une colère dite « saine ».

Nous aborderons cette colère « saine » et nous ferons la différence avec la violence, sous ses différentes formes. Bien entendu, elle n’est pas acceptable et réprimandée par la Justice et notre société.

Revenir en haut de la pageRetour à l’index des émissions

Statistics